Page d'accueil  ::  1989 - 1990
Les grandes toiles d’Alain Cheguillaume qui ornent les murs de la galerie sont de belles oeuvres aux couleurs chaudes ou sourdes, puissamment rythmées, animées d’un mouvement continu.
S’agit-il de ciels tourmentés, de paysages oniriques, d’une terre inconnue soumise à la température d’une éruption venue des entrailles de la terre ? Peu importe ! La peinture de Cheguillaume se rapproche de la sculpture car les formes se superposent tels des volumes mis en valeur par un éclat lumineux partant de la base du tableau ou partiellement caché par une tache sombre donnant ainsi l’impression d’une troisième dimension, d’où ce sentiment que nous avons d’un monde en formation tant le rythme imprimé aux formes est puissant.
Certains ciels possèdent les couleurs du Greco et sont porteuses d’émotion. Des bruns, des gris et des bleus ressortent grâce à des touches de rose et de citron semblant émaner d’une mystérieuse source de lumière.
Eliane Foucher  -  A l’occasion de l’exposition à la galerie Sourdille (Nantes) en mai 1993.

Page d'accueil  |  Contact  |  Presentation  |  Expositions  |  Attributions  |  Espace privé  |  SPIP